plafond


plafond

plafond [ plafɔ̃ ] n. m.
platfons 1546; de plat et fond
I
1Surface horizontale qui limite intérieurement une salle dans sa partie supérieure. Hauteur de plafond, sous plafond. Chambre basse de plafond. Faux plafond : cloison au-dessous du vrai plafond servant à diminuer la hauteur de la pièce. Plafond à solives, à poutres apparentes. Plafond à compartiments, à caissons. soffite. Plafond de plâtre, orné de moulures.
Loc. fam. Avoir une araignée au plafond, dans le plafond : être fou. — Sauter au plafond.
2Paroi supérieure horizontale. Le plafond d'un wagon, d'une automobile. Paroi rocheuse supérieure, lorsqu'elle est horizontale. Le plafond d'une galerie, d'une carrière ( ciel) , d'une caverne.
(1916) Météor. Couche de nuages la plus basse, limite supérieure de visibilité lorsqu'on est au sol. « Je navigue à sept cent cinquante mètres d'altitude sous le plafond de lourds nuages » (Saint-Exupéry).
3(1916) Limite supérieure d'altitude à laquelle peut voler un avion. niveau.
4Fig. Maximum qu'on ne peut dépasser. Ce chiffre est un plafond. Prix plafond (opposé à prix plancher). Spécialt Plafond de la Sécurité sociale : revenu au-delà duquel certaines cotisations sociales ne sont plus proportionnelles au salaire. Supprimer le plafond des cotisations ( déplafonner) . Écon. Limite d'émission des billets d'une banque. Plafond de réescompte auprès de la Banque de France. Loc. Crever le plafond : dépasser la limite maximum.
(1922) Par appos. Bridge-plafond, ou ellipt Plafond : variété du jeu de bridge (opposé à bridge-contrat). — Âge plafond.
II(par un retour à l'étym.) Fond plat, surface plane et horizontale. Archit. Dessous d'un membre d'architecture, en platebande. Plafond de corniche, de larmier. Géogr. Plafond d'une vallée, d'un fleuve.

plafond nom masculin (de plat et fond) Face inférieure, plane dans l'ensemble, d'un plancher, formant la limite supérieure de l'espace d'un local. Paroi supérieure intérieure d'un véhicule, d'un espace quelconque : Plafond d'une galerie de mine. Limite supérieure, niveau maximal qui ne doit ni ne peut être dépassé (souvent en apposition à un nom : Le montant des crédits est soumis à un plafond. Prix plafond. Vitesse-plafond. Aéronautique Altitude maximale que peut atteindre un aéronef. Beaux-arts Peinture décorant un plafond. Droit Limite de l'assiette des cotisations de Sécurité sociale ou d'un régime complémentaire de retraite et de prévoyance. Montant maximal des ressources qu'une personne doit percevoir pour avoir droit à certaines allocations. Jeux Au bridge, partie de la marque où s'inscrivent les honneurs et les pénalités. (Au bridge plafond, on ne marque à la manche, en cas de réussite du contrat, que le nombre de points fixé par l'annonce.) Navigation intérieure Partie horizontale du fond d'un chenal navigable. Technique Fond d'un bassin, d'un réservoir. ● plafond (difficultés) nom masculin (de plat et fond) Orthographe Sans trait d'union en emploi épithète : un prix plafond. - Plur. : des prix plafonds. ● plafond (expressions) nom masculin (de plat et fond) Faux plafond, second plafond, placé au-dessous du plafond structurel d'un local pour diminuer la hauteur de celui-ci. Plafond à caissons, plafond dont les solives ont reçu un habillage de caissons décoratifs. Plafond d'escalier, sous-face rampante dissimulant le dessous des marches d'un escalier. Plafond flottant ou suspendu, faux plafond établi notamment pour diminuer la transmission des bruits. (On peut y faire passer des canalisations diverses, y installer un éclairage derrière des panneaux translucides.) Plafond à solives apparentes, plancher dont la structure de solives reste apparente par en dessous. Plafond légal de densité (P.L.D.), coefficient national de densité de construction, fixé par la loi sur la base d'un calcul équivalent à celui du coefficient d'occupation des sols. Plafond nuageux, altitude de la base des nuages.

plafond
n. m.
rI./r
d1./d Surface horizontale formant intérieurement la partie supérieure d'une pièce, d'un lieu couvert. Plafond en plâtre, en stuc.
Faux plafond, en matériau léger, ménagé sous un plafond en maçonnerie pour isoler une pièce, rendre ses proportions plus harmonieuses, etc.
|| Le plafond d'une galerie de mine, sa paroi supérieure.
d2./d METEO Plafond nuageux ou, absol., plafond: couche nuageuse constituant la limite de visibilité à partir du sol.
rII./r
d1./d Limite supérieure que l'on ne peut ou que l'on ne doit pas dépasser. Plafond de vitesse, de température.
|| (En appos.) Prix plafond: prix maximum.
d2./d AVIAT Limite supérieure d'altitude que peut atteindre un aéronef.
d3./d FIN Limite légale de la quantité d'émission d'un billet de banque.
|| FIN Limite des dépenses autorisées par la loi de finances. Plafond des charges budgétaires.

⇒PLAFOND, subst. masc.
I. —[Plafond désigne une limite en hauteur]
A.ARCHITECTURE
1. Ce qui limite la partie supérieure interne d'un lieu couvert. Aux angles de l'autel [des basiliques] s'élevaient quatre colonnes (...); un simple plafond, un toit ou une coupole surmontaient l'édicule (LENOIR, Archit. monast., 1852, p.198). Les coupoles du plafond laissaient descendre par leur soupirail une clarté pâle (FLAUB., Salammbô, t.1, 1863, p.74):
1. Cette tour est la tour idéale qui enchante tout rêveur d'une antique demeure: elle est «parfaitement ronde»; elle est entourée d'une «brêve lumière» tombant «d'une fenêtre étroite». Et le plafond est voûté. Quel grand principe de rêve d'intimité qu'un plafond voûté! Il réfléchit sans fin l'intimité à son centre.
BACHELARD, Poét. espace, 1957, p.40.
P. métaph. Toutes ces découvertes [des soixante-quinze dernières années] ont-elles élevé le plafond moral de l'homme? (MAETERL., Autre monde, 1942, p.14).
Expr. fig., fam. Sauter au plafond. Exprimer vivement un sentiment de surprise ou d'indignation. J'essayai en vain plusieurs fois de dire à Delatouche ce qui pouvait les rapprocher. La première fois il sauta au plafond (SAND, Hist. vie, t.4, 1855, p.129).
2. Surface horizontale de plâtre ou de menuiserie qui constitue la partie supérieure d'une pièce. Le plafond étoit marqueté de vieilles armoiries peintes, et les murs couverts de tapisseries (CHATEAUBR., Génie, t.2, 1803, p.491). Une imparfaite impression de murs bleuâtres et d'un plafond peint écaillé par places (LARBAUD, Barnabooth, 1913, p.177). La haute salle, au plafond découpé en caissons (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p.486).
Plafond suspendu ou faux plafond. Plafond situé sous le plafond original afin de diminuer la hauteur de la pièce. (Dict.XIXe et XXes.).
Plafond à la française. Plafond où les poutres sont apparentes. [La salle de séjour] possédait un plafond à la française très abîmé que l'artisan (...) a dû remplacer (Art et décoration, nov.-déc. 1983, p.95).
Plafond à caissons (v. caisson).
3. P. méton., BEAUX-ARTS. Peinture exécutée sur un plafond, le plus souvent en trompe-l'oeil. M. Riesener, qui a souvent fait des tableaux d'une large couleur, et dont on peut voir avec plaisir quelques bons plafonds à la Chambre des Pairs (BAUDEL., Salon, 1846, p.131). Ce tableau [Jupiter foudroyant les Crimes], qui est un plafond, fut primitivement placé dans la chambre du conseil des Dix, au palais ducal (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p.46). Nul n'a regardé à White Hall les plafonds rutilants de Rubens (FAURE, Hist. art, 1921, p.142).
SYNT. Beau, grand, haut, lourd plafond; plafond bas, crevé, doré, effondré, enfumé, plat; plafond de bois, à poutres, à solives; angle, coin, corniche, poutres, solives du plafond; bas, haut de plafond; hauteur sous plafond; l'oeil, le regard au plafond; du plancher au plafond.
B.P. anal.
1. Paroi supérieure interne d'une cavité rocheuse naturelle ou artificielle. Une nuit, —c'est toujours la nuit dans le tombeau, —Il [Napoléon] s'éveilla (...) Des rires éclataient sous son plafond de pierre (HUGO, Châtim., 1853, p.285). La solidité du toit (...) règle la tenue du plafond au-dessus d'espaces vides (...) ainsi que la manière dont il effectuera sa tombée (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p.29). Ils taillent alors dans cette façade de roche une étroite porte à plein cintre (...). Ils forent enfin dans le plafond rocheux un conduit pour la fumée de l'âtre (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p.95).
2. Paroi supérieure interne d'un endroit clos. Faire pencher tout d'un côté le plafond du cirque (HUYSMANS, Art mod., 1883, p.137). Pourquoi une agence de publicité n'exploiterait-elle pas les tombes, comme on exploite les parois des urinoirs ou les plafonds des omnibus? (BLOY, Journal, 1894, p.150).
P. ext. Ce qui couvre un espace. Il aperçut, à travers son plafond de branchages, le ciel qui devenait clair (MAUPASS., Contes et nouv., t.2, Avent. W. Schnaffs, 1883, p.205).
3. MÉTÉOR. Couche de nuages la plus proche du sol. [Le ciel] descendait de plus en plus (...) et déjà les crêtes étaient cachées (...). On se heurtait partout les yeux à ce plafond, qui allait, posé à plat, de l'une à l'autre des parois (RAMUZ, Gde peur mont., 1926, p.223). On n'a pas oublié les graves accidents survenus en 1930 dans la vallée de la Meuse, près de Liége, attribuables à l'anhydride sulfureux émis par des cheminées d'usines et dont des circonstances météorologiques spéciales (régime anticyclonique, vent faible, inversion de température maintenant un plafond bas) avaient gêné la diffusion (MAURAIN, Météor., 1950, p.237).
C.Pop., fam. Crâne. Être bas de plafond. Être peu intelligent. (Dict.XIXe et XXes.). Avoir une araignée dans le plafond. Se faire sauter le plafond, se défoncer le plafond. Se suicider. Synon. se faire sauter le caisson. L'expédition de l'hiver dernier a été on ne peut plus monotone (...) un temps à se défoncer le plafond (...) vingt fois par jour (A. CAMUS, Bohèmes, 1863, p.48).
II.Au fig. [Plafond désigne une limite, une valeur maximale]
A. —1. AÉRON. Altitude maximale que peut atteindre un aéronef. [Le] Plafond [d'un avion] (...) est le point où la vitesse ascensionnelle est nulle (GUILLEMIN, Constr., calcul et essai avions, 1929, p.428).
2. Valeur, possibilité(s) maximale(s). Une contraction musculaire de plus en plus forte au fur et à mesure qu'on accroît le voltage, jusqu'à un plafond correspondant à une force déterminée pour chaque muscle (PIÉRON, Sensation, 1945, p.368). Pujolhac est allé plus loin que moi, mais il a touché, je pense, son plafond (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p.265):
2. ... on veut gagner le plus possible, mais à condition de ne pas dépasser un maximum. Il y a un plafond de production, dont on se rapproche le plus possible, mais qu'on ne dépasse jamais.
Traité sociol., 1967, p.468.
B. —Montant, chiffre, fixé par une loi, un accord qui ne peut être dépassé. Anton. plancher. Nous laisserons de côté les subventions car elles ne présentent pour un grand propriétaire qu'un intérêt très accessoire en raison de leur plafond peu élevé (Industr. fr. bois, 1955, p.26). L'accord intérimaire de Vladivostok, signé en 1974 (...) fixe aux deux Grands un «plafond» de 2400 vecteurs stratégiques (L'Express, 11 juill. 1977, p.62, col. 2).
1. SÉCUR. SOC. ,,Limite de l'assiette de cotisation de la Sécurité Sociale ou d'un régime complémentaire de prévoyance. Somme maxima des ressources personnelles dont peut disposer une personne titulaire d'une allocation d'aide sociale ou d'une allocation de vieillesse`` (BARR. 1974). Il s'agit (...) de protéger, contre l'élévation du plafond de la Sécurité Sociale, les ressources des caisses complémentaires de retraite des cadres (REYNAUD, Syndic. en Fr., 1963, p.101):
3. La couverture des charges de l'assurance vieillesse est (...) assurée par des cotisations assises, dans la limite d'un plafond fixé par décret, sur l'ensemble des rémunérations ou gains perçus par les travailleurs salariés ou assimilés.
Réforme Sécur. soc., 1968, p.36.
2. ÉCON. Plafond de réescompte. Montant maximal qu'une banque peut porter au réescompte de la Banque de France. Fixation de plafonds de réescompte auprès de la Banque de France, pour chacun des établissements bancaires. Actuellement, les plafonds peuvent être dépassés (...) mais le taux est alors majoré (Univers écon. et soc., 1960, p.30-15). Plafond d'émission. Montant de la limite fixée par la loi à l'émission de valeurs non-convertibles. Crever le plafond. Dépasser cette limite. V. aussi crever I A 2 au fig.
C. —[En appos.]
1. [à un subst. auquel il est parfois rattaché par un tiret; pour indiquer la limite supérieure qui ne peut ou ne doit être dépassée] Prix plafond. Prix maximum autorisé. L'allongement des prêts para-publics et la réduction de leur taux sous réserve de conditions de ressource-plafonds sont une autre forme de soutien sélectif (BELORGEY, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p.348). L'avis de la commission départementale est nécessaire en ce qui concerne l'épreuve à moyenne chronométrée, la vitesse plafond est de soixante-dix kilomètres à l'heure (Jeux et sports, 1967, p.1641).
2. Bridge-plafond et p.ell. plafond. Variété du jeu de bridge où seuls les points fixés par l'annonce sont marqués. (Dict. XXes.).
III. —[Plafond désigne une surface plane et horizontale]
A. —Ce qui constitue le fond d'une dénivellation naturelle ou artificielle. Plafond d'un réservoir. La largeur au plafond du fossé [de chaque côté de la voie] doit dans tous les cas être de 0 m 30 à 0 m 35 pour permettre le passage d'une pelle (BRICKA, Cours ch. de fer, t.1, 1894, p.63). Le plafond [d'un brise-lames] est le plus souvent revêtu d'une couche peu épaisse de maçonnerie (QUINETTE DE ROCHEMONT, Trav. mar., t.1, 1900, p.232).
ARCHIT. Plafond de corniche. Dessous de la corniche. (Dict.XIXe et XXes.).
B.ART CULIN. Grand plateau de métal sur lequel on dépose les pièces à cuire au four. Selle de Mouton à l'anglaise (...). Une heure avant de servir, vous mettrez votre selle prendre couleur sur un plafond dans un grand four (VIARD, Cuisin. roy., 1831, p.156).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. 1. a) ) 1546 archit. platfons (J. MARTIN, Discours du Songe de Poliphile, trad. de Fr. Colonna, 87 r° ds Cah. Lexicol. t.19, 1971, p.101); 1558 plafond «id.» (Doc. ds L. LABORDE, Comptes des bâtiments du roi, t.1, p.356); ) 1866 avoir un hanneton dans le plafond «être fou de quelque chose ou de quelqu'un» (DELVAU, p.200); 1867 avoir une araignée au plafond «déraisonner» (Almanach du Hanneton ds LARCH. 1872, p.198); b) 1639 peint. (POUSSIN, Collection de Lettres, Lettre de Noyers à Poussin, 14 janv. ds LITTRÉ); 2. a) ) 1883 plafond de nuages «amas de brouillards» (BRACHET, Dict. du patois savoyard ds ESN. 1956); ) 1916 météor. (Fantasio, 15 août ds ESN. Poilu); b) 1916 aéron. (Matin, 24 oct., ibid.); 3. fig. a) 1926 «maximum qu'on ne peut dépasser» (Le Miroir des sports, 21 juill., p.95c ds QUEM. DDL t.17); b) ) 1932 écon. «maximum de billets que la banque peut émettre eu égard à la couverture en numéraire» (Lar. 20e); ) 1941 crever le plafond des prix (L'OEuvre, 10 mars); c) 1963 Sécur. soc. (REYNAUD, loc. cit.). B. 1. 1690 (FUR.: platfonds, se dit aussi de la saillie de la corniche qu'on appelle autrement sofit); 2. 1817 «le fond d'un bassin, d'un réservoir, sa plate-forme, son aire» (COPPEAU, De la compagnie des Alpines, p.219 ds LITTRÉ). Comp. de plat1 et de fond. Fréq. abs. littér.:2095. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 1215, b) 4993; XXes.: a) 3816, b) 2901. Bbg. Archit. 1972, p.105. —QUEM. DDL t.28.

plafond [plafɔ̃] n. m.
ÉTYM. 1546, platfons; de plat, et fond, proprt « fond plat ».
———
I
1 Surface horizontale qui limite intérieurement une salle dans sa partie supérieure. || Les plafonds ont remplacé les voûtes. || Plafond formant la partie inférieure d'un plancher. || Plafond bas (→ Exhaler, cit. 7; nid, cit. 6), haut, surélevé (→ Hall, cit. 2). || Chambre haute, basse de plafond (→ Meublé, cit. 8). || Faux plafond : cloison au-dessous du vrai plafond servant à diminuer la hauteur apparente de la pièce. || Plafond marouflé ( Marouflage). || Plafond flottant, indépendant de l'ossature du plancher. || Plafond ancien, rustique, traversé de solives apparentes (→ Cuisine, cit. 2), à poutres apparentes, aux poutres noires et blanches (→ 2. Baie, cit. 2). Solive, travée. || Lattis d'un plafond. || Plafond de chêne sculpté (→ Grappe, cit. 6). Lambris (vx). || Plafond à compartiments (cit. 4). Caisson; soffite. || Plafond de plâtre, orné de moulures (→ Essorer, cit. 1), d'ovales (cit. 2 et 3), de rosaces. || Cul de lampe d'un plafond. || Plafond peint et doré d'un palais (1. Palais, cit. 1). || Lustres qui descendent du plafond. Suspension, tire-fond (→ Illumination, cit. 7). || Appareil d'éclairage fixé au plafond. Plafonnier. || Ventilateur (→ Balancer, cit. 6), panka…, pavillon de lit accroché au plafond.Badigeonner un plafond. || Toiles d'araignée au plafond (→ Mouton, cit. 22). || Nettoyer un plafond avec une tête-de-loup.Les yeux au plafond, en regardant le plafond (→ Discourir, cit. 5).REM. Dans la langue classique, plafond ne s'employait que pour les plafonds de plâtre, les plafonds à solives gardant le nom de plancher. → Plancher.
1 Ces plafonds trop bas, et si ouvragés, en caissons, en rosaces, en pendentifs, sont faits de bois rares, qui ont gardé leur couleur foncée, avec seulement çà et là quelques peinturlures.
Loti, l'Inde (sans les Anglais), III, XII.
2 (…) l'autre merveille de ces chambres charmantes, le plafond aussi minutieusement peint qu'une miniature persane, et dont les arabesques et les fleurs stylisées semblent refléter comme dans un miroir, mais avec des couleurs plus vives, l'éclat des tapis et des zelliges (…)
Jérôme et Jean Tharaud, Rabat, X.
3 Chez le marchand de tableaux (…) le plafond renvoyait sur les peintures une lumière favorable.
F. Mauriac, la Robe prétexte, XXVII.
Arts. Peinture de plafond, et, spécialt, peinture en trompe-l'œil. || Le plafond de Chagall, au palais Garnier (Opéra de Paris). || Les plafonds de Tiepolo, du Tintoret.
Fig. et fam. Tête. Plafonnard, 1. plafonnier (2.).Avoir une araignée dans le plafond. — ☑ Loc. Être bas du plafond : être sot, inintelligent. || Bas de plafond (même sens).
2 a Paroi supérieure. || Plafond de toile d'un cirque (→ Haut, cit. 92). || Plafond d'un wagon, d'une automobile.
b Paroi rocheuse supérieure (d'une excavation naturelle ou artificielle), lorsqu'elle est horizontale. || Plafond d'une galerie, d'une carrière ( Ciel), d'une caverne (cit. 3; → Anfractuosité, cit. 3).
c Météor. Couche de nuages la plus basse, limite supérieure de visibilité lorsqu'on est au sol (→ Naviguer, cit. 5).
4 Vers la mi-novembre, le plafond baissa, le mistral arracha les feuilles des platanes.
Claude Courchay, La vie finira bien par commencer, p. 28.
3 (1916). Limite supérieure d'altitude à laquelle peut voler un avion.
4 (1926, in D. D. L.). Abstrait. Maximum qu'on ne peut dépasser (opposé à plancher).Écon. Limite d'émission des billets d'une banque. || Plafond de réescompte auprès de la Banque de France. || Plafond de crédit.Crever le plafond : dépasser la limite, le maximum fixé ou prévu.
5 Mais jamais le tirage (du Figaro) ne fut si fort (le plafond des 500 000 fut largement crevé durant cette semaine).
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 36.
Plafond de (la) Sécurité sociale : limite de l'assiette des cotisations de Sécurité sociale. Plafonné.
(1922). Par appos. (Jeu). || Bridge-plafond, ou, ellipt, plafond : variété du jeu de bridge (opposé à bridge-contrat).
(1966). Fin. || Prix plafond : prix maximum autorisé (opposé à prix plancher). Plafonner (II., 4.); plafonnement. Par plaisanterie :
6 (…) au fur et à mesure que les bœufs prioritaires, veaux témoins et vaches plafonds (…) se répandent parmi les pacages (…)
Jacques Perret, Bâtons dans les roues, p. 220.
REM. Depuis les années 1960, -plafond entre dans un grand nombre de subst. composés comme second élément (au plur. avec ou sans s). Cours(-)plafond (d'une monnaie), 1966; salaire(-)plafond (1968); vitesse(-)plafond (1969); âge(-)plafond (1970), etc. (Usage analogue pour plancher).
———
II (Par un retour à l'étym.). Techn. Fond plat, surface plane et horizontale.Archit. Dessous d'un membre d'architecture, en plate-bande. || Plafond de corniche, de larmier. Soffite.Géogr. || Plafond d'une vallée, d'un fleuve.Hydraul. || Plafond d'un canal, d'un bassin.
DÉR. Plafonnard, plafonner, plafonnier.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • plafond — Plafond. s. masc. Lambris qui couvre le plancher d enhaut d une chambre. Riche plafond. plafond de plastre. plafond de Peinture. plafond de stuc. plafond doré …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Plafond — Plafond, in a broad sense, is any (flat, vaulted or dome) ceiling of any premise.Plafond can be product of monumental and decorative painting and sculpture; subject or ornamental also is designated by the term Plafond . Picturesque plafonds can… …   Wikipedia

  • Plafond — Sm Decke, Grenze per. Wortschatz österr. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. plafond, einer Zusammensetzung aus frz. plat eben (über das Vulgärlateinische aus gr. platýs) und frz. fond Hintergrund, Gewölbe, Grund (aus l. fundus Grund, Boden ) …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • plafond — ou plafonnard n.m. Crâne. Avoir une araignée dans le plafond, être fou. Être bas de plafond, être idiot. Se faire sauter le plafond, se suicider, se faire sauter la cervelle …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Plafond — (frz., spr. óng), Zimmerdecke, bes. die durch Balkenkonstruktionen, Stukkatur oder Malerei (Plafond , Deckenmalerei), verzierte flache Decke eines größern Raums …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Plafond — (fr., spr. Plafong), 1) die Decke eines inneren Gebäuderaumes; 2) eine durch Stuccaturarbeit od. Malerei verzierte Decke; daher auch 3) das an einer solchen befindlichen Deckengemälde. In älteren Zeiten, bes. von Seiten Rafaels u. seiner… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Plafond — (franz., spr. fóng), die Decke eines Gebäuderaumes, besonders eine durch Stuckatur oder Malerei verzierte Decke. Plasonnieren, eine Zimmerdecke verschalen, bekleiden, vergipsen …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Plafond — Plafond, flache Decke (s.d.) …   Lexikon der gesamten Technik

  • Plafond — Plafond, nennt man in der Regel die mit Stuccaturarbeit oder Malerei verzierte Decke eines Zimmers, zuweilen auch ein Deckengemälde selbst …   Damen Conversations Lexikon

  • Plafond — (–ong), frz., die flache Decke eines innern Raumes, vorzugsweise die mit Stuccatur od. Malerei verzierte; die P.malerei ist ein Zweig der Frescomalerei, hat aber wegen der Perspective und da sie nur in liegender Stellung ausgeführt werden kann,… …   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.